UN GOUTER POUR MADA

Association Agathoise 1901 à but non lucratif N° W341000260, 31/03/06

 
MAROHADY



2005 : Mme E., domiciliée à Fianarantsoa avec son mari et ses enfants, constate avec tristesse que ses amis d'enfance du village de ses ancêtres,  Marohady,  ont beaucoup de mal à faire scolariser leurs enfants ; ceci en raison  de l'éloignement des écoles existantes ET des difficultés financières des villageois.

Elle propose donc aux villageois de créer une école avec le soutien de l'association  – MAROSOA- qui se constituera de 16 personnes issues des 5 hameaux constituant le village.

Dès le mois de novembre,  Mme E.  donne des cours dans la maison de ses ancêtres, à des élèves de Maternelle et de CP.

L'éloignement du village ne lui permet de voir sa famille que 2 jours tous les 15 jours, mais Mme E. pense que le jeu en vaut la chandelle , Bravo !

Cependant MAROSOA a besoin de fonds pour se lancer et propose leur projet à  l'association FIDES-Lyon/MNG : projet accepté aussitôt.




2006 : dès cette 2éme rentrée scolaire, Madame E. se fait seconder par sa sœur Mme J. 







1.Maternelle, 54 enfants de 4 à 5 ans

2.CP1, 54 enfants de 6 à 9 ans

3.CP2, 24 enfants de 7 à 15 ans


Parallèlement se crée l'association des parents d'élèves – FRAM- très active dès ses débuts la première heure.



2007 : l'école est reconnu par le -MENRS- Ministère de l'Éducation Nationale Malgache et de la Recherche Scientifique.

Les principales activités économiques des villageois sont la riziculture, l'élevage de zébus, le petit élevage ainsi que la vannerie. Les enfants soutiennent leurs parents dans toutes ces activités.





La période de soudure

(période entre 2 récoltes de riz)

est souvent difficile à gérer,

et beaucoup d'enfants souffrant de la faim,

sont fatigués,

peu concentrés,

voire malades ou absents de l'école.                                                                                                 





2008, l’association locale, avec l’aide de l’association FEYZIN PARTAGE Solidarité Internationale, a construit un grenier à riz pour combattre la malnutrition des enfants et des familles pendant les périodes de soudure entre deux récoltes de riz. FEYSIN PARTAGE SOLIDARITE achète  6 tonnes de riz  dans un premier temps. L'achat se fait lorsque le riz est tout juste arraché et  encore à un prix bas et se revend quelques mois plus tard,  afin de dégager  un  bénéfice qui reviendra à l'école.





2010 : UGPM se lance dans le fonctionnement d'une cantine pendant les 4 mois de soudure.

En rachetant du riz  à « GRENIER »  au prix bas (prix d'achat), ainsi que des ustensiles de cuisine, des couverts, des assiettes etc.



Se constitue donc une 3éme association,

«LES CUISINIERES DE L'ECOLE» !





2011 : la récolte est moins bonne que prévue et les villageois se laissent tenter par la facilité en vendant tout leur stock de riz « sur pied » à des collecteurs venus de la ville.

Résultat ; pas assez de riz à revendre (donc pas de bénéfices) ni assez de riz pour la cantine, ce sera donc une année limitée à 3 jours de repas par semaine …



2011/2012 : Aymeric et Guillaume, 2 jeunes ingénieurs en année de césure mènent à bien le projet d'adduction d'eau potable et bien sur au sein du village se constitue  une 4éme association  -COMITE GESTION DE L'EAU-.


                                                    

                        


La constitution de toutes ces  associations locales en si peu de temps  prouve bien qu'il émane une grande dynamique et un réel vouloir de progresser et de trouver des solutions dans ce village.

C'est en grande partie pourquoi nous,  à UGPM sommes si attachés à soutenir ce village dans sa démarche d'aller vers l'autonomie.



2012 : démarrage de la première année du collège avec un enseignement technique


325 enfants scolarisées à Marohady !





2013 : MAROSOA demande une plus grande autonomie.

Ils achètent environ 6 tonnes de riz/an pour l'instant.

S'ils pouvaient acheter 12 tonnes de riz et en revendre 9 tonnes, il leur en resterait 3 tonnes pour le fonctionnement de la cantine et 250€ de bénéfice pour faire fonctionner l'école.

UGPM s'engage donc à leur acheter les 6 tonnes nécessaires à ce lancement et n'aura donc plus de riz à financer pour les années à venir. Bien sur il reste à trouver une solution pour financer les légumes, maïs et œufs, c'est pourquoi nous nous lançons dans  un essai d'élevage de poulets.